Saturday, September 13, 2014

GARDASIL : « La décision que je regretterai toute ma vie » ! par Wendy Barnes Early





My Gardasil Nightmare




GARDASIL : « La décision que je regretterai toute ma vie » !



Par Wendy Barnes Early et Paola Kansas, 10 septembre 2014




voudrais partager avec vous toute l’histoire de Courtney, tout ce qui est arrivé à ma fille après qu’elle ait reçu le vaccin Gardasil. – Heureusement, elle n’a reçu qu’une seule injection.
 
C’est au cours de l’été 2012 que j’ai conduit ma fille chez le pédiatre pour l’examen annuel de routine. Son médecin a vivement recommandé que Courtney reçoive le Gardasil, ce vaccin fortement recommandé pour les adolescentes.
 
Trois ou quatre semaines après que Courtney eut reçu sa première et seule injection, elle commença à se plaindre de maux de tête quotidiens, d’une fatigue extrême, ainsi que de nausées. Elle n’avait que très peu d’énergie, parfois pas du tout et je ne reconnaissais plus ma fille. Elle a commencé à être de mauvaise humeur, irritable et quasi déprimée. Peu après, elle n’a plus voulu manger. Elle éprouvait des faiblesses musculaires et des tremblements. Ses mains et ses jambes tremblaient de manière incontrôlable. J’ai parfois remarqué que ses mains se couvraient de taches puis devenaient bleu-violet. Elles ressemblaient aux mains d’une personne qui vient de mourir.
 
Tout cela m’a vraiment fait peur car je suis infirmière de profession et je sentais que la santé de ma fille se détériorait. Nous avons alors pris rendez-vous avec une pédiatre. Cette dernière a effectué les analyses sanguines de routine et a envoyé ma fille chez un spécialiste à l’hôpital des Enfants de Kansas City. Nouvelles analyses de sang, endoscopie : tout semblait normal à l’exception d’un reflux gastro-intestinal. Le médecin lui donna une ordonnance pour des médicaments contre les nausées. Ce médicament, le Zofran, ne l’a pas du tout aidée. Nous avons alors modifié son alimentation, essayé d’autres médicaments contre les nausées, mais rien ne put l’aider.
 
La pédiatre a ensuite envoyé ma fille chez une psychologue pour pouvoir s’assurer que le problème n’était pas psychosomatique. Cette psychologue a voulu me parler en particulier. Elle m’a dit qu’elle avait l’impression que Courtney était émotionnellement stable et que ses problèmes de santé ne relevaient pas de la psychologie. Elle a également précisé que Courtney se sentait déprimée parce qu’on ne pouvait pas comprendre la cause de son mauvais état de santé. La psychologue avait l’impression que son état de santé relevait de quelque chose qui ne convenait pas sur le plan médical. La pédiatre de ma fille décida ensuite de la mettre sous anti-dépresseurs légers.
 
Je sentais que nous n’aboutissions à rien avec le médecin de ma fille. J’ai donc pris contact avec un autre médecin que je connaissais personnellement pour lui demander ce qu’il pourrait suggérer pour venir en aide à ma fille. Ce médecin me recommanda un endocrinologue. Nous en avons informé la pédiatre qui nous a recommandé un endocrinologue de St Luc.
 
L’endocrinologue a estimé qu’il était possible que les glandes surrénales de Courtney ne fonctionnaient pas correctement. Il a ordonné que l’on donne du sang à Courtney et a précisé qu’au cours des dernières années, il voyait de plus en plus d’adolescentes qui présentaient la même symptomatologie. Je lui ai demandé s’il pensait que les problèmes de Courtney pouvaient être liés au Gardasil, étant donné que les adolescentes recevaient maintenant ce vaccin. Il nous a répondu qu’il n’était pas certain, mais a précisé qu’il serait utile de poursuivre les recherches, comme le suivi de ma fille.
 
Finalement, Courtney fut placée sous stéroïdes dans l’espoir que cette médication pourrait améliorer sa situation. Ses problèmes de santé pouvaient maintenant mettre sa vie en danger si elle devenait plus malade ou avait un accident etc.
 
Après avoir été mise pendant plusieurs mois sous de fortes doses de stéroïdes, on eut peine à voir quelque amélioration. Ses symptômes étaient toujours les mêmes.
 
J’ai fait part de mes préoccupations à la Clinique Mayo, à Rochester. Je reçus une réponse dans les deux jours. On me proposa un rendez-vous 30 jours plus tard. Après leur avoir fait parvenir tout le dossier de Courtney, ils ont proposé un plan pour réaliser plus de tests encore. A la Clinique Mayo, Courtney passait des tests tous les jours. Après quatre jours de tests, nous avons rencontré un endocrinologue, ainsi que le médecin qui s’occupait de son cas.
 
J’ai accompagné Courtney pendant tous ces tests pour la soutenir moralement. Au cours d’un de ces tests, la pression artérielle de Courtney était devenue si basse que les médecins ne pouvaient plus la percevoir, et l’appareil ne pouvait plus l’enregistrer. Ils ont eu peur qu’elle ne perde connaissance !
 
Au cours de la dernière journée que nous avons passée à la clinique Mayo, l’endocrinologue nous a dit que Courtney avait dû être diagnostiquée à tort comme une insuffisance des glandes surrénaliennes. Mais que maintenant, après avoir été mise sous fortes doses de stéroïdes, elle présentait une réelle insuffisance surrénalienne. On nous recommanda de voir un autre endocrinologue au Centre Médical de l’Université du Kansas où elle devait suivre un traitement pour diminuer progressivement ses stéroïdes. Le médecin nous expliqua que les glandes surrénales reprenaient peu à peu leur fonction. Courtney reçut finalement le diagnostic de « dysautonomie ». Il s’agit d’une maladie neurologique que les médecins voient de plus en plus.

On recommanda à Courtney une alimentation riche en sel ; on lui recommanda de boire beaucoup d’eau, de faire de l’exercice et de prendre un médicament trois fois par jour. Pour les médecins, cette prescription devait la sortir d’affaire mais ils ne pouvaient pas prédire dans quel délai cela s'améliorerait.
 
Ces médecins ne savaient pas non plus pourquoi elle avait fait cette maladie. Elle avait toujours été en bonne santé avec cependant un peu d’asthme qui avait pu jusque là être contrôlé. Elle était heureuse, adorable, faisait des sorties et décrochait les meilleurs résultats à l’école. Elle était vraiment pleine de vie JUSQU'A ce qu’elle reçoive son premier et unique vaccin Gardasil. C’est là une décision que je regrette chaque seconde de chaque jour. Si seulement je pouvais revenir en arrière !
 
Depuis son dernier diagnostic, Courtney a connu quelques améliorations : ses nausées sont moins fortes. Il lui arrive d’avoir un peu plus d’énergie bien que cet état ne dure guère. Ses humeurs sont plus stables et elle s’estime heureuse. Elle a toujours des tremblements des mains et des jambes et se fatigue facilement. Elle recommence peu à peu à participer à des activités avec des amis alors que ça lui était impossible l’été dernier vu qu’elle était beaucoup trop malade. Je suis tellement heureuse qu’elle n’ait jamais reçu la deuxième injection ! Dieu seul sait ce qui lui serait arrivé si elle avait pris les deux autres doses !
 
Nous voulons nous adresser à toutes les familles qui songent à faire injecter le Gardasil à leurs filles. S’il vous plait, faites preuve de prudence, faites vos propres recherches, renseignez-vous sur le nombre de jeunes-filles et de garçons dont la santé a été endommagée à la suite de cette vaccination. Votre enfant qui était en parfaite santé, pourrait, après le Gardasil et le Cervarix, ne plus être cet enfant que vous connaissiez. Ces enfants peuvent développer des problèmes de santé qui restent souvent inexpliqués et souvent mal diagnostiqués. Dans de nombreux cas, on attribue leur mauvais état de santé à des causes « psychosomatiques ». S’il vous plaît, croyez-moi. Si votre enfant est malade et nécessite des soins médicaux, ne permettez à personne d’attribuer son état à des problèmes mentaux.
 
Je crois et je sais que les symptômes dont ma fille a souffert ont été causés par le Gardasil.
 
Source: SaneVax                                                                                                
 
USA (VAERS)
Rapports d’effets secondaires  des vaccins contre le HPV
        Mise à jour des chiffres au mois de JUILLET 2014
 
VAERS : Organisme officiel américain de vaccinovigilance qui recueille les rapports d’effets secondaires possibles des vaccins aux Etats-Unis. Il est contrôlé par le CDC et la FDA.
 
Description
Total
Infirmes
1.170
Décès
170
N’ont pas récupéré
7.202
Frottis du col anormaux
577
Dysplasies du col de l’utérus
249
Cancers du col de l’utérus
80
Cas où le pronostic vital a été engagé
645
Visites aux urgences
11.814
Hospitalisations
3.737
Séjours hospitaliers prolongés
254
Effets secondaires graves
4.984
Effets secondaires
34.950
 
P.S. Seuls 1 à 10% des

Source:

Initiative Citoyenne

2 comments:

GERMAIN F said...

Interview du biologiste Michel GEORGET sur le "cancer du col de l'utérus" à propos du Gardasil :

http://www.youtube.com/watch?v=QekZAo5eQSc

Tal SCHALLER parle du Gardasil :

http://www.youtube.com/watch?v=Yb3MQvSmlS8

Anonymous said...

Mon article explique ce qui se passe à cause de la vaccination. Se il vous plaît lire et donner à son médecin . Vous serez dans mes prières .

http://www.thelibertybeacon.com/2015/02/02/vaccine-mechanism-of-harm-exposed/