Thursday, February 20, 2014

GARDASIL : Ashlie a été jusqu’au seuil de la mort ! par Shawna Snyder

Ashlie

GARDASIL : Ashlie a été jusqu’au seuil de la mort !

Par Shawna Snyder

Initiative Citoyenne, 17 février 2014


Qui aurait jamais pu penser qu’une seule injection du vaccin contre le HPV, le Gardasil aurait pu conduire ma fille chérie au bord de la mort ? Mes deux filles Ashlie et Lyndsie ont toutes les deux reçu le vaccin Gardasil le même jour. Heureusement Lyndsie n’a pas connu d’effet secondaire. Ashlie n’a pas eu la même chance. Ashlie avait toujours été pleine de vie. Elle parvenait à gérer n’importe quoi. A quatre ans, Ashlie avait décidé qu’elle serait danseuse. Comme elle était quelque peu timide et n’aimais pas trop qu’on la regarde, nous nous étions dit que son projet ne se maintiendrait pas. Nous n’aurions pas pu davantage nous tromper. Quand elle devint plus âgée, nous avons bien dû nous rendre compte qu’elle avait trouvé et sa passion et sa carrière pour la vie. Elle était pratiquement sur le point de devenir danseuse professionnelle ; elle était en tout cas en bonne voie.
 
Comment aurions nous pu savoir qu’un vaccin allait changer sa vie et nos vies d’une manière aussi radicale ?
 
C’est à la mi-juin 2009 qu’Ashlie a reçu son premier et unique vaccin Gardasil. Je remercie le ciel que Lyndsie qui a reçu le Gardasil le même jour n’ai pas eu de réaction négative au vaccin.
 
Environ 16 jours plus tard, Ashlie a commencé à se plaindre parce que, disait-elle, ses jambes ne fonctionnaient pas correctement. Personnellement je ne savais pas ce qui se passait et je lui ai donné du tylenol. Le lendemain matin quand je suis descendue, Ashlie était étendue sur le canapé en train de regarder la télévision. Elle m’expliqua qu’elle avait dû ramper de sa chambre comme pour descendre les escaliers pour pouvoir atteindre le canapé. Elle m’expliqua qu’elle ne savait plus marcher. Je lui ai alors demandé d’essayer de se tenir debout. Elle a tout fait pour y parvenir puis elle est tombée sur le sol.
 
Nous l’avons immédiatement conduite aux urgences. Le médecin a levé les mains en l’air en disant qu’il ne savait pas ce qui se passait ; il constatait que c’étaient simplement des douleurs qui étaient en train d’augmenter. On lui donna des béquilles et une prescription pour des stéroïdes. J’ai reconduit ma fille à la maison convaincue que le médecin avait tort, parce que j’avais eu 5 filles et je n’avais jamais vu des douleurs qui augmentaient de pareille façon.
 
Quand elle avait dix ans on avait décelé de l’épilepsie chez Ashlie. J’ai pensé qu’elle était peut-être en train de faire une nouvelle crise et j’ai téléphoné à un neurologue. Ce dernier m’a assuré qu’il ne pouvait pas s’agir d’une crise d’épilepsie. Il m’a demandé de conduire ma fille aux urgences le matin pour qu’elle soit examinée le plus vite possible et qu’elle puise rentrer le plus tôt possible à la maison.
 
Ce soir-là, j’ai dî aider Ashlie à rentrer et à sortir de la baignoire. J’ai voulu lui tendre quelque chose et à ma grande horreur, j’ai dû réaliser que ses bras et ses mains ne fonctionnaient pas non plus. Elle n’est pas parvenue à saisir ce que je lui présentais.
 
Après quelques coups de fil, j’ai à nouveau reconduit Ashlie aux urgences. Il n’a pas fallu une heure pour qu’elle soit à nouveau examinée. J’avais téléphoné à mon père dont l’ami est médecin. Ce dernier lui conseilla de demander s’il ne s’agissait pas d’une « paralysie ascendante ». Après avoir posé cette question au médecin, celui-ci répondit Que « oui ».Il semblait qu’Ashlie souffrait du syndrome de Guillain-Barré (SGB)
 
Le médecin ma demandé si elle avait été malade. Je répondis que non. Je ne pouvais absolument pas imaginer qu’elle avait pu attraper une chose pareille.
 
Elle resta aux urgences jusqu’à ce qu’une chambre se libère. A ce moment-là, je ne réalisais toujours pas l’extrême gravité du problème. Une fois qu’elle fut dans sa chambre, on me proposa des articles sur le syndrome de Guillain-Barré. La réponse à la toute première question que je me posais se trouvait maintenant en toutes lettres dans la première phrase que j’ai lue, Le Guillain-Barré peut s’attraper par un vaccin et Ashlie venait d’être vaccinée. Elle avait reçu une dose de Gardasil au début du mois.


Quand j’ai vu Ashlie dans son lit d’hôpital je ne pouvais plus reconnaître la jeune fille pleine de santé et dynamique que j’avais connue. Maintenant, elle ne savait plus marcher ; elle était incapable de se lever toute seule, d’aller aux toilettes. Elle ne savait plus manger. On devait la nourrir au travers d’un tube qui lui rentrait par le nez. On lui avait administré des immunoglobulines par voie intraveineuse pour pouvoir arrêter la paralysie.
 
Elle a commencé à délirer, à parler comme un bébé dans son sommeil. Elle souffrait beaucoup et en ce qui me concerne, je ne savais que faire. Je ne réalisais même pas pleinement à quel point le Guillain-Barré était grave.
 
En 24 heures la situation empira encore. Son système respiratoire ne fonctionnait pratiquement plus. Elle fut alors transportée aux soins intensifs. A peine arrivée dans la salle, elle arrêta de respirer. Il fallut d’urgence parer à la situation. Je ne parvenais pas à croire ce que j’étais en train de voir. Ma fille chérie était en train de mourir sous mes yeux.
 
Elle ne savait plus parler et essayait de faire des signes pour tenter de communiquer. On a dû la mettre sous respirateur et le 1er juillet 2009, elle fut intubée car elle ne pouvait plus respirer par elle-même. C’était la machine qui devait l’aider à respirer. Son cœur s’emballait 160-180 bpm. Elle avait l’impression que son cœur allait sortir de sa poitrine. Au cours des deux semaines et demi qui ont suivi, j’étais assise à côté d’elle et je voyais que la situation empirait.
 
Le syndrome de Guillain-Barré est plus fréquent chez des personnes âgées, mais pas chez des enfants. C’était le cas le plus grave qu’ils avaient vu à l’hôpital depuis 3 ans. L’hôpital a dû adapter les traitements prévus pour adulte au cas d’Ashlie qui n’avait que 12 ans. Elle reçut encore des immunoglobulines par voie intraveineuse, passa un IRM et plusieurs tests pour le système nerveux. Les dommages neurologiques qu’elle avait subis étaient horribles. Le Guillain-Barré n’avait pas seulement détruit sa myéline, mais il avait commencé à détruire l’axone.
 
Finalement la maladie commença à régresser et son corps commença peu à peu à guérir. Après avoir été entubée pendant 3 semaines, elle a commencé à respirer par elle-même et fut extubée. Elle souffrait alors atrocement. Elle souffrait tellement qu’elle avait l’impression qu’on lui arrachait la peau si on la touchait. Après être encore restée une semaine dans cet hôpital, elle fut transportée à l’hôpital des enfants pour réhabilitation. C’est ainsi qu’Ashlie dut encore passer 4 semaines loin de la maison pour des thérapies 7 jours par semaine. Elle était fatiguée de tout cela, tout son corps lui faisait mal et on la voyait souvent pleurer. Après qu’elle eût fêté son 13ème anniversaire à l’hôpital, nous avons décidé qu’il était temps pour elle de rentrer à la maison pour commencer une nouvelle vie.
 
A la maison Ashlie a poursuivi ses thérapies. Nous avons tout fait pour lui rendre la vie la plus normale possible. Elle a doucement repris des cours de danse, mais d’une manière très limitée. Elle se rendait aussi régulièrement à l’hôpital pour compléter ses thérapies.
 
Après 6 mois les thérapeutes nous ont dit qu’ils ne pouvaient pas en faire plus. Ce n’était évidemment pas la réponse que je souhaitais entendre. Elle n’avait que 13 ans.
 
Nous avons continué à multiplier les contacts, les recherches. Finalement on nous a conseillé la méthode Pilates qui améliora quelque peu la situation. Malgré que certains points s’amélioraient, la santé d’Ashlie se modifiait : il lui était maintenant impossible de garder les aliments. Dès qu’elle mangeait, elle devenait très malade et vomissait. Elle avait aussi des étourdissements et s’évanouissait. Ses douleurs nerveuses aussi étaient telles que personne ne pouvait la toucher. De nouveau elle avait l’impression qu’on lui arrachait le peau. Combien de fois aussi ne l’ai-je pas vue perdre connaissance et devoir lutter pour respirer. Son pouls est aussi beaucoup trop rapide. Nous avons continué à la conduire chez des médecins, des spécialistes. On a une fois été à un doigt de devoir faire une chirurgie cardiaque pour éviter le pire. Pendant 30 jours elle a été reliée à des moniteurs cardiaques alors qu’elle voulait reprendre la danse.
 
Au cours des 4 dernières années, nous l’avons conduite dans plusieurs services d’urgence et chaque fois on nous a dit la même chose: les médecins disaient qu’ils ne détectaient rien et que tout se passait dans sa tête.
 
Finalement au cours de l’été 2013, j’ai eu l’occasion de lire l’histoire d’une fille dont la santé avait été endommagée par le Gardasil. D’habitude, je ne lis jamais les commentaires au sujet de ces articles parce que je les trouve trop critiques ou trop grossiers.
 
Dans cet article, une dame parlait d’un médecin qui avait beaucoup aidé sa nièce. Je profitai de l’occasion pour les contacter tous les deux. Nous avons consulté le médecin en septembre 2013 et avons commencé un traitement en octobre. La route a été longue. – Ashlie a complètement dû changer ses habitudes alimentaires et prendre de nombreux suppléments. Elle consulte ce médecin toutes les 4 à 6 semaines.
 
L’un de ses objectifs principaux était de retrouver sa souplesse. En tant que danseuse, c’était pour elle très important. Elle y arrive petit à petit. Il y a quelques jours je l’ai vue faire un exercice dont je la croyais totalement incapable. J’étais quasi certaine qu’elle ne pourrait jamais plus y arriver.
 
Tous les jours je regrette de lui avoir fait administrer ce vaccin, mais d’autre part, je suis heureuse qu’elle a été battante et n’a jamais abandonné la lutte. La mère et la fille ont été ensemble dans cette épreuve et jamais elles n’abandonneront. Nous espérons également que tout ce que nous pourrons réaliser pour Ashlie pourra profiter à beaucoup d’autres dont la santé a aussi été gravement endommagée par le vaccin Gardasil.


Source:

Initiative Citoyenne



VAERS (Vacccine Adverse Events Reporting System)
Organisme officiel américain de vaccinovigilance qui recueille les rapports d’effets secondaires possibles des vaccins aux Etats-Unis. Il est contrôlé par le CDC et la FDA.
Mise à jour des chiffres au mois de Janvier 2014 pour les Vaccins contre le cancer du col de l’utérus.
 
Rapports d’effets secondaires (publié par Sanevax)
 
Description
Total
Infirmes
1.048
Décès
157
N’ont pas récupéré
6.653
Frottis du col anormaux
554
Dysplasies du col de l’utérus
234
Cancers du col de l’utérus
72
Cas où le pronostic vital a été engagé
606
Visites aux urgences
11.223
Hospitalisations
3.424
Séjours hospitaliers prolongés
244
Effets secondaires graves
4.557
Effets secondaires
32.995
 

No comments: